Rechercher...
TOP
Vie quotidienne - Relations parents - enfants

#14 Je ne veux pas faire mes devoirs – Arriver à lâcher prise sur le résultat

Enfant qui ne veut pas faire ses devoirs - lâcher prise sur le résultat

Arriver à lâcher prise sur le résultat au profit de la relation.

Ce soir, comme souvent, Léo ne veut pas faire ses devoirs…


Version 1: Insistance et menace

La mère insiste, l’enfant ne fait rien et s’oppose.

Finalement la mère emploie des menaces. Même si l’enfant s’exécute, il risque de ne pas être dans de bonnes dispositions pour apprendre. De plus, il retiendra le comportement de sa mère mais pas forcément ses mots!

Comment arriver à gérer ces situations?… Une piste dans la vidéo suivante.

Version 2: Lâcher prise sur le résultat au profit de la relation

Difficile de lâcher prise sur un sujet sensible comme les devoirs. Cependant, lorsque qu’ils deviennent synonymes de batailles, de tension, de conflits tous les soirs… et qu’ils détériorent la relation avec l’enfant, et en même temps sa confiance en lui et en ses parents… On peut s’interroger…

L’école véhicule de nombreuses croyances et la pression que certains parents peuvent mettre sur leurs enfants vis-à-vis de l’école peut être forte.

On se dit que si l’enfant ne fait pas ses devoirs, il ne réussira pas à l’école et de ce fait… qu’il risque de rater sa vie !? Car en tant que parents, le plus important pour nous est sans doute le fait que notre enfant « réussisse » sa vie, qu’il s’épanouisse dans sa vie d’adulte, qu’il soit heureux…

Mais finalement, si on garde à l’esprit que ce qui est vraiment important pour nous, c’est le bonheur de notre enfant… c’est à se demander pourquoi nous nous acharnons parfois sur lui… Car ça ne le rend pas heureux, et nous non plus !

Alors bien sûr, ne pas faire les devoirs, ce n’est pas la solution. Cependant arriver à des situations de conflits récurrents à cause de ces derniers… cela pose question… est-ce que l’enfant apprend de toutes façons dans ces conditions ?… Est-ce que les devoirs sont plus importants que la relation que j’ai avec mon enfant ?

C’est comme ça, que pour la première fois, je suis arrivée à rester calme, à lâcher prise et à rendre la responsabilité des devoirs au maitre… Car après tout, ce n’est pas moi qui les donne, mais c’est à moi que mon enfant en veut… Finalement, mon fils a eu l’air vraiment soulagé et reconnaissant que je ne lui impose pas ce moment pénible… et le maitre a été compréhensif…

En bref, pour arriver à lâcher prise,

  • Respirer!
  • Se demander ce qui compte le plus à ce moment là et si on le peut, prendre soin de soi avec l’auto-empathie.
  • Réajuster notre comportement et nos attentes pour privilégier la relation.

Et chez vous, comment se passent les devoirs?

N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires ou sur la page Facebook du blog!

«

»

4 COMMENTS

  • Sylvie

    Le maître sera-t-il toujours compréhensif si cette situation se renouvelle trop souvent ? Ce qui peut être le cas si Léo a compris qu’il pouvait “échapper” à la corvée de cette manière ?…
    Mais le sujet est surtout de savoir si Léo a vraiment besoin de cet entrainement à la maison ou pas … de mon point de vue. Comment alors évaluer ce besoin ?

  • Erica
    AUTHOR

    Bonjour, merci pour ton commentaire! Bien sûr, l’idée n’est pas de ne plus faire les devoirs demandés, mais de pouvoir adapter les demandes de l’école à l’enfant, à ses ressources du moment, sans entrer en conflit. D’ailleurs, le maitre a proposé que “Léo” ne fasse que la moitié des mots. “Léo” a eu l’air satisfait d’avoir été entendu dans sa difficulté. Depuis, il accepte de d’écrire ses mots et j’adapte leur nombre selon les jours. Parfois, nous les faisons tous…!
    Concernant le second point que tu soulèves, je me dis que pour répondre à ta question, il serait peut être intéressant que le maitre “mesure” s’il y a une différence sur les résultats en classe, lorsqu’il donne des devoirs et lorsqu’il n’en donne pas??

  • Moulinier

    Le plus difficile c’est de prendre du recul sur la situation. Il n’est pas remis en question l’intérêt de faire les devoirs, mais comment permettre à l’enfant de les aborder sans engendrer un conflit quotidien.
    Il est intéressant de proposer le moment qui semble le plus opportun, de se donner un temps limité pour la durée des devoirs et enfin de lâcher prise sur le résultat.
    Je suis tout à fait d’accord avec l’article, car les relations apaisées avec l’enfant seront bien plus constructives que des devoirs faits sous la contrainte!
    Il est où le bonheur ?

  • Erica
    AUTHOR

    Merci beaucoup pour ton commentaire! C’est tout à fait ce que je voulais dire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *