Rechercher...
TOP
Vie quotidienne - Relations parents - enfants

#10 Je veux ma tétine ! – Accueillir les émotions

Gestion des émotions d'un enfant qui décide de jeter sa tétine

Comment gérer une crise et apaiser son enfant en étant à l’écoute de ses émotions?

Gaël a coupé sa tétine car il ne la voulait plus… Maintenant, il a un petit regret…


Version 1: Faire appel à la raison

La mère reste sur les faits concrets : la tétine a été coupée, on ne peut pas la recoller !

Elle ne se met pas à la place de l’enfant et ne prend pas en compte les émotions qu’il ressent. L’enfant qui, même s’il était content d’être grand et de jeter sa tétine à un moment donné, est maintenant fatigué et éprouve un grand manque voire même une souffrance d’avoir perdu une chose qui était vraiment importante pour lui.

Finalement, elle l’envoie dans sa chambre pour se “calmer”. Il ne se sent pas entendu.

De toute évidence, la mère est désemparée car elle ne sait pas quoi faire pour l’apaiser. Elle a cherché à raisonner l’enfant, mais ce dernier, pris par ses émotions n’était pas en mesure de faire appel à la raison. L’enfant restera donc avec sa frustration et sa tristesse, seul dans sa chambre.

Version 2: Accueillir les émotions

La mère accueille et verbalise l’émotion et le besoin par le biais d’une histoire (écoute empathique) au lieu de chercher à raisonner l’enfant.

Ainsi, l’enfant se sent compris dans sa tristesse et son manque. Même si ce n’est pas immédiat, l’enfant pourra passer à autre chose ensuite.

En CNV, on dit que le simple fait d’identifier ses besoins ou ceux des autres soulage. (Cet article explique plus en détail le processus de la communication non violence.)

Et que ce qui est le plus important, c’est de reconnaitre les besoins et non pas de les satisfaire nécessairement.

D’autre part, le fait d’identifier les besoins permet de choisir des stratégies pour essayer de les assouvir.

Ici, la mère propose une autre stratégie à l’enfant qui est le doudou.  Ce qui semble lui convenir.

En bref,

  • J’accueille l’émotion et le besoin de l’enfant en les nommant.
  • Je l’écoute jusqu’à ce qu’il s’apaise.
  • Je peux proposer une autre stratégie ou demander à l’enfant s’il a une idée.

A vous de jouer!

N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires ou sur la page Facebook du blog!

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *